Bedon rond Nouveau-né

Noël enceinte ou avec un bébé – Petit guide de survie

D’accord, survivre est peut-être un grand mot, mais pensons-y quelques secondes. Au-delà de la joie d’être réunis en famille, de l’amour qui flotte dans l’air et des étincelles dans les yeux des enfants, la période de Noël ne serait-elle pas propice aux excès, au stress et à la fatigue? Enceinte ou avec un bébé, on peut avoir quelques appréhensions à l’approche des fêtes. Voici donc un petit guide de survie pour passer un temps des fêtes zen avec son bedon ou son bébé.

Quelques petites règles de base

 Lâcher prise. Un bébé tout neuf à Noël, ça rend les gens tout joyeux. Il faut donc s’attendre à ce qu’il soit surstimulé par toute cette agitation et les attentions à son égard, surtout si c’est sa première sortie avec autant de monde. C’est lui la vedette, après tout! Alors on prend une grande respiration et on savoure d’abord et avant tout la féerie de Noël!

 Faire attention à sa routine. Les fêtes sont comme une parenthèse dans le temps où l’on s’autorise plus d’exceptions qu’à l’habitude. Le sommeil et l’alimentation sont généralement ceux qui écopent le plus. La fatigue, déjà présente, l’est davantage et les repas copieux s’étirent sur plusieurs heures. La routine devient vite chamboulée! En en prenant conscience et en se le remémorant régulièrement, on peut tenter de limiter les dégâts.

 S’écouter et se respecter. Apprécier le moment tout en (re)connaissant ses limites, c’est possible. Vous savez, cette petite voix intérieure qu’on fait taire pour diverses raisons? Et si on l’écoutait cette fois-ci?

 Communiquer ses besoins et ses souhaits. Penser que son entourage présumera de ses besoins est probablement utopique. En établissant d’avance une bonne communication avec ses hôtes ou ses invités, on peut mieux faire comprendre sa réalité et ainsi éviter bien des frustrations.

 Faire fi des jugements. En tant que future ou nouvelle maman, on a tendance à être sensible (voire sur la défensive) face aux conseils que l’on reçoit, ainsi qu’à ce que les autres pensent de sa manière de faire. La plupart du temps, ces conseils se veulent attentionnés et chacun y va de son commentaire, sans nécessairement penser à l’impact de ses paroles. Alors on se forge une carapace, on se dit qu’il faut en prendre et en laisser, que chaque famille a sa propre recette et que l’essentiel est de se faire confiance.

Si l’on est enceinte

 Surveiller ce qu’on mange. Je sais, toutes ces huîtres que l’on voit défiler autour de la table et qu’on ne peut savourer qu’avec les yeux, ça fait mal. Ça, c’est sans parler du saumon fumé, du foie gras (s’il est cru) ou de tout autre aliment pouvant être contaminé par les bactéries Salmonella ou Listeria. Construire un humain avec tant d’effort et être remerciée de la sorte, c’est vraiment ignoble. Allez, courage. On prend sur soi en se disant qu’on a toute la vie pour se rattraper!

 Préparer des cocktails sans alcool (avec fruits frais du marché et autres superaliments). Et hop, on en profite pour épater la galerie! Pour trouver de l’inspiration et des idées de recettes, on n’hésite pas à fouiller sur Google.

 Cinq minutes pour toucher le bedon! Dans le courant de la soirée, sur le ton de l’humour et chrono en main, on donne cinq minutes (ou plus, ou moins, selon notre envie) aux invités qui veulent toucher-le-ventre-parce-que-ça-porte-bonheur. Tout le monde sera content et la « corvée » sera faite. Si, au contraire, on aime recevoir cette attention, on laisse tomber le chrono et on profite de ce vedettariat pour se faire chouchouter (et on en rajoute une couche à l’occasion : « Oh, il bouge! Viens toucher! »).

 Porter des vêtements amples si l’on ne souhaite pas attirer l’attention sur son ventre.

 Fuire les anecdotes négatives. Avec le sourire, on se bouche les oreilles en chantant des la la la quand tante Germaine se lance dans le récit catastrophique de l’accouchement de la belle-fille du frère de sa collègue de travail, tout en précisant que les histoires positives, c’est bien meilleur pour la confiance en soi!

Si la grossesse n’a pas encore été annoncée

 Mettre ses hôtes dans le coup, en leur demandant de garder le secret. Ils seront ravis de faire partie des privilégiés qui sont au courant et concocteront un menu de Noël grossesse-friendly, en plus de ne pas insister sur l’alcool et de ne pas poser la question fatidique quand on refusera un verre.

 Accepter un verre d’alcool, mais ne pas y toucher. On éveille ainsi moins de soupçons qu’un refus franc. D’avance, on se met de connivence avec son chéri qui boira subtilement le verre. Ou encore, on fait semblant de boire en se trempant à peine les lèvres. Et on refuse le prochain verre en répondant : « Non, merci, pas pour l’instant. »

 Prétexter que le Noël du bureau fut très arrosé cette année. Et donc qu’on préfère rester sage quelque temps pour se préserver de la désastreuse gueule de bois du lendemain.

 Et si on annonçait l’heureux événement? On contribuera certainement à rendre la soirée encore plus festive!

Si l’on a un bébé 

 Apporter le porte-bébé. Si l’on sent que bébé en a assez des pincements de joues et des tours de bras, on sort notre arme secrète pour venir à sa rescousse : le porte-bébé! C’est véridique : les invités respecteront davantage sa bulle et oseront moins le prendre. Sans compter que le porte-bébé est magique pour calmer, rassurer, endormir bébé et même l’allaiter en toute discrétion. Cerise sur le gâteau, il permet d’avoir les bras libres pour terminer son assiette en sirotant un verre de vin ou pour jouer avec l’aîné. Le bonheur du portage!

 Se reposer quand on le peut. On profite du fait que bébé se promène de bras en bras pour apprécier la soirée, tout en restant à l’écoute de ses besoins et à ses côtés. La simple présence de l’un de ses deux parents aura un effet réconfortant pour lui.

 Allaiter au calme. Si l’on en sent le besoin, on trouve un endroit tranquille pour allaiter. On sera ainsi tous les deux à l’aise, apaisés et plus détendus pour le reste de la soirée. Merci les hormones!

 Suivre le rythme de bébé. Quel que soit son âge, on essaie de respecter sa routine et son rythme, déjà souvent fragiles.

 Faire la chasse aux microbes en laissant subtilement traîner près de soi une petite bouteille de désinfectant pour les mains. Et tiens, pourquoi ne pas l’accompagner d’un petit mot qui dirait : « Nous, on s’est donné l’ambition de rester le plus loin possible du mouche-bébé et de l’hôpital pendant Noël. On compte sur votre collaboration. Signé : les chasseurs de microbes! » Avec l’humour, on peut faire passer des messages plus facilement.

 Faire attention aux boutons de fièvre. Encore plus qu’au rhume. Un petit rappel de ne pas embrasser bébé si l’on a une lésion pourrait nous sauver d’un grand malheur. C’est un fait évident pour la majorité des personnes infectées, mais mieux vaut prévenir que guérir. Un bouton de fièvre est contagieux dès les premiers picotements et jusqu’à la guérison complète.

 Apporter le doudou préféré de bébé et d’autres objets qui lui rappelleront son environnement et l’apaiseront dans ces situations nouvelles pour lui.

Si l’on reçoit 

 Demander à chacun d’apporter quelque chose à manger. Ainsi, on ne s’épuisera pas à la tâche. Ou encore, faire appel à un traiteur qui préparera et livrera le repas sans qu’on ait à lever le petit doigt!

 Prévenir les invités de ne pas avoir trop d’attentes. Cette année, Noël sera relax et sans flafla. On ne brillera peut-être pas de mille feux dans une robe de soirée et les cernes remplaceront sûrement le maquillage.

 Écourter sa soirée, sans forcément écourter celle des invités. On avise que l’heure du dodo pourrait sonner plus tôt, mais qu’ils sont bienvenus de continuer à fêter même en l’absence de leur hôtesse préférée.

 Savourer le plaisir coupable de déléguer. On confie aux invités la vaisselle, le rangement, le partage des restes, les déchets, etc. Être enceinte jusqu’au cou, ça a quand même du bon!

Si l’on est reçu

 Partir tôt si la fatigue se fait trop ressentir.

 Proposer que la soirée commence plus tôt. Surtout si une longue route est prévue pour le retour à la maison. Mamie sera peut-être même heureuse de cette décision!

 Apporter quelques collations santé pour remplacer les sucreries de Noël. Des fruits ou des boules d’énergie au lieu d’une part de bûche empêcheront la glycémie de grimper en flèche si l’on fait du diabète de grossesse, par exemple.

Si les festivités s’étirent sur plusieurs jours

 Favoriser le repos. Grasses matinées, siestes en après-midi, journées pyjama à réviser des classiques devant la télé. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se le permettre, profitons-en! Des jeux de société ou de la lecture en famille sont par ailleurs des activités favorisant les rapprochements, les câlins et la bonne humeur générale.

 Tenter du mieux que l’on peut de bien manger. Sans culpabiliser pour autant! On peut par exemple s’autoriser quelques excès lors d’un ou deux repas et faire attention le reste du temps. L’équilibre dans le plaisir, oui!

 Prendre une journée off entre deux visites pour tenter de ne pas trop s’éloigner de la routine. On aura par le fait même plus d’énergie pour chaque occasion.

 Écourter les visites ou refuser des invitations pour éviter l’épuisement, quitte à se rattraper en janvier.

 Aller dehors! Rien de mieux pour s’aérer l’esprit, oxygéner son corps et se dégourdir les jambes. Une promenade dans le quartier, au parc ou en forêt fera le plus grand bien.

Les cadeaux de Noël

 Ne pas attendre la dernière minute pour faire ses achats. Tous les ans on se le promet, et tous les ans c’est la même chose. Et pourtant, quoi de plus désagréable et stressant que d’avoir à braver la cohue des magasins la veille de Noël pour trouver ses derniers cadeaux?

 Acheter en ligne pour fuir la foule dans les magasins. De nos jours, même les petits créateurs français vendent leurs produits en ligne, sur Etsy ou leur propre plateforme d’achat. Tellement pratique.

 Informer qu’on ne veut pas que bébé croule sous les cadeaux. À son âge, il y a peu de chances qu’il s’en souvienne, sauf si ce sont des cadeaux destinés à durer plusieurs années. Si l’on se sent assez à l’aise, on peut soumettre une liste d’idées de ce qui serait vraiment utile, pratique et apprécié. Par exemple, j’adore les colliers d’allaitement, de portage et de dentition de MintyWendy.

 Solliciter des cadeaux sous forme de services plutôt que des biens matériels : un cours de yoga prénatal, une séance photo lifestyle, un bain de flottaison, une séance chez une naturopathe spécialisée dans la maternité, un cours de langage des signes pour bébé, les idées ne manquent pas.

 Se débarrasser de ce qui ne servira pas. Reçu trop de jouets, trop de chocolat, trop de trop? Pourquoi ne pas les offrir à quelqu’un dans le besoin pour réchauffer un peu son cœur?

Avez-vous des conseils à ajouter? Si oui, n’hésitez pas à les écrire dans les commentaires ci-dessous afin d’en faire profiter d’autres lecteurs.

Je vous souhaite de douces et joyeuses fêtes.

— Lucie

You Might Also Like...

Aucun commentaire

Laisser un commentaire