Bedon rond

Toàn, Mae & Val

Aaah (soupir)! Cette famille-là, je ne la photographie qu’une seule fois dans l’année (la fois quand je suis en France), mais j’adorerais la photographier toute l’année. Toàn, j’aimerais que tout le monde le connaisse, sérieusement. Pis à l’idée de savoir qu’il y en a un deuxième qui s’en vient dans quelques jours, je me réjouis!

Cette séance aurait pu tourner court si on considère l’entorse à la cheville pour cause de trop vouloir jouer au super héros, la main plongée dans les orties malgré LES mises en garde (« ça piiique! ») et la fatigue des toutes premières journées d’école. Mais on a eu le tour de minimiser tout ça en envoyant les bobos au diable. FIOU.

Je termine avec un extrait de l’une de mes discussions avec Toàn :
Toàn : Tu es venue en train?
Lucie : Non, j’ai pris l’avion cette fois-ci.
Toàn, regarde par la fenêtre : Mais il est où ton avion? Tu l’as pas garé devant la maison?

Bedon rond

Nadège & Franck

Je n’en reviens pas que l’été est déjà passé (si été il y a eu!) et que je n’ai pas publié une seule photo de la saison. Et ce n’est même pas parce que j’en manque. Au contraire, y’a d’l’amour et du bonheur dans mon ordinateur qui ne demandent qu’à nous éclater en plein visage.

Le temps qui file beaucoup trop vite (mais c’est quoi, la recette pour le faire ralentir?!), l’amoureux à aimer, le travail à travailler, le nouvel appartement à peinturer et aménager, la liste sans cesse grandissante de projets à accomplir et tutti quanti me portent à croire que c’est pas dans cette vie que je serai une super woman. Mais j’essaie fort quand même, on sait jamais! Nadège et Franck, c’est la petite douceur qui a agrémenté mon printemps. De la douceur entre eux deux, dans leurs paroles, dans leur manière d’être et de penser, partout, tout le temps que j’étais avec eux. Mon cœur crie toujours yesss! quand je sens que mes clients sont à l’aise avec moi et qu’ils me racontent leur vie, leur quotidien, leur tout. Avec ces deux-là, ça n’a même pas pris cinq minutes qu’ils y allaient déjà de confidences en anecdotes. Pis comme ce sont de sacrées pipelettes (au point qu’on a sûrement passé plus de temps à jaser qu’à prendre des photos!), j’étais comblée pas qu’un peu.

Ça va sonner quétaine, mais je me sens vraiment choyée de rencontrer continuellement de nouvelles personnes qui choisissent de partager avec moi un petit morceau de leur vie. Encore plus quand elles m’invitent à y revenir. D’ailleurs, je retourne faire un tour dans la vie de Nadège et Franck ce samedi, avec Zacharie cette fois-ci! Alors merci infiniment, Nadège et Franck, et à samedi! 

Nouveau-né

Gaspard

J’adore photographier les bébés d’à peine quelques jours. Ça me fascine, ça m’inonde de joie, ça m’apaise. Ça fige le temps. Entre deux clics, c’est indéniable, je m’arrête toujours pour les observer, silencieusement, simplement, candidement. C’est mon petit moment à moi, le cœur au beau fixe et les étoiles dans les yeux.

Ici, le bébé d’à peine quelques jours, 13 pour être précise, c’est Gaspard, semi-ange, semi-marmotte qui en écrasait dur pendant que je le photographiais, pendant que je le contemplais, pendant que ses parents et moi papotions près de lui.

Ce que j’adore aussi? Le jaune avec le gris (ou le gris avec le jaune)! Alors quand je suis entrée dans la chambre de Gaspard, à la déco soignée, à l’éléphant (pas gris, mais) jaune, au tour de lit gris étoilé, au cache-couche à pois gris, aux rideaux à chevrons jaunes et à la couverte lignée jaune, j’ai su que le moment serait beau et bon.

Le moment de grâce, celui pour lequel j’accorde officiellement trois étoiles à cette session? Le sourire de Gaspard envoyé à sa maman (à la toute fin des photos), alors qu’elle dépose un baiser sur sa joue. Magique!